Les Meldois restent bienveillants avec leur maire. Mais réalistes.

Une chevelure impeccablement maîtrisée, Martine le dit sans ciller : « Jean-François Copé, je le vois Président dans quelques années » et de se toucher le bout du nez en ajoutant « je le sens« . Retraités du monde de l’assurance, Martine et son mari sont conquis: « rien à voir avec l’ancien maire socialiste Jean Lion, les taxes ont baissées du jour au lendemain avec lui« . En queue de peloton – ex aequo avec Jean-Frédéric Poisson – Jean-François Copé est à la peine dans la course à la présidentielle. Mais s’il y est un endroit où l’affaire Bygmalion ou sa récente bourde sur le prix du pain chocolat n’entachent pas sa popularité, c’est bien la ville de Meaux. Meldois depuis toujours, Alain explique « J’ai globalement une bonne image de Jean-François Copé. Quand il dit qu’il va suivre un dossier, il le fait.« . Dans le vieux bourg de Meaux, au pied de l’imposante cathédrale Saint-Etienne, le candidat boudé par les sympathisants LR est ici « bien aimé« . Son succès provient principalement de son programme d’aménagement urbain, ayant contribué à améliorer certains quartiers. « La ville s’est embellie » constate Nordine, habitué du paysage de la ville. De même sur l’aspect sécuritaire pour Steeve, jeune commerçant : « depuis qu’il a mis 400 caméras dans les rues, on sent que la délinquance à baissé« .

À la question sur l’éventuel avenir présidentiel de Jean-François Copé les réponses sont moins enthousiastes. Steeve dit avoir soutenu son maire pour la primaire « mais quand j’ai regardé le débat de la primaire je n’ai pas été convaincu. Je ne le trouve pas aussi combatif que Nicolas Sarkozy. Il manque de punch ! » Nordine fustige, lui, la dureté de sa position sur l’immigration. « Je suis pour l’accueil des réfugiés. Son discours me choque ». Si les habitants de Meaux louent ses qualités de gestionnaire, peu croient à ses chances de remporter la primaire de droite.

Une chose est sûre, si les Meldois détenaient la clé du scrutin présidentiel, il y a forte à parier que le huitième locataire de l’Elysée se nommerait Jean-François Copé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *